Se connecter

Bois d'Inde Pimenta racemosa

Bwadend (gcf), Bay rum tree (en), Berrón (es), Bayrumbaum (de)

Merci de patienter quelques instants pendant le téléchargement des photos.
Cliquez sur une vignette pour l'agrandir puis sur les flèches latérales pour faire défiler les photos (ou procédez par balayage sur écran tactile).


Son nom scientifique est « Pimenta racemosa ».
Étymologie : de bois, et Inde (dans le sens d’Amérique - Indes occidentales).
Les Caraïbes le nommaient ‹ achourou › ou ‹ ouraba ›.

Origine

Grandes et Petites Antilles (Indes occidentales) et Amérique centrale.

Habitat

Aujourd’hui répandu dans toutes les régions tropicales du globe, y compris l’Océanie.

Type

Arbuste.

Aux Antilles, on trouve 3 variétés qui se distinguent par leur parfum différent (girofle, citron, anis). Cet arbuste appartient à la famille des < Myrtacées > (Myrtaceae), tout comme le giroflier (nº62), le goyavier (nº137), le framboisier (nº135), le pommier rose (nº70), le pommier malacca (nº61), l'eucalyptus, le myrte (arbuste du maquis méditerranéen).

NB : le piment de la Jamaïque « Pimenta dioica » (appelé aussi quatre-épices, allspice en anglais - fiche nº152) appartient à la même famille et non à celles des piments (nº97) : ses feuilles sont gaufrées et elles dégagent une odeur de poivre, de cannelle, de muscade et de girofle.

Fleur

Novembre à mars.
Petites fleurs blanches et odorantes.

Fructification

Janvier à juillet.

Fruit

Baies.
(10 à 15 mm) ovoïdes, cueillies vertes, noires à maturité.

Utilisations

Les fruits (baies) et les feuilles séchés sont utilisés comme épice (souvent en place du clou de girofle, car le bois d’inde contient de l’eugénol, tout comme le clou de girofle) dans de nombreuses préparations salées des Antilles (boudin, court-bouillon, ragoût, colombo), tout comme le faisaient déjà les Caraïbes.
Le bois d’inde est aussi utilisé dans la cuisine du sud de l'Inde, plus particulièrement dans les États du Kerala et de Goa.
Les Aztèques l'utilisaient pour parfumer le chocolat (boisson).
À Sainte Lucie, en Dominique et en Jamaïque, les feuilles après distillation dans du rhum permettent de réaliser le « bay-rum » (lotion).