Se connecter

Physalis Physalis alkekenge

Fizalis (gcf), Chinese lantern (en), Farol chino (es), Kapsstachelbeere (de)

Merci de patienter quelques instants pendant le téléchargement des photos.
Cliquez sur une vignette pour l'agrandir puis sur les flèches latérales pour faire défiler les photos (ou procédez par balayage sur écran tactile).


Son nom vient du grec ‹ phusalis › (vessie).
Cette plante porte le nom ‹ d'uchula › au Venezuela et de ‹ tomatillo › au Mexique.
Le nom d'une des espèces, la plus commune et à fruits oranges comestibles, « Physalis alkekengii  ou Physalis alkekenge » date du 16ème siècle et dérive de l'arabe ‹ al-kâkanj › (cerise de Jérusalem).
C'est une plante de la famille des < Solanacées > (Solanaceae), famille de la tomate - fiche nº140, de la pomme de terre - fiche nº142, du piment - fiche nº97, de l'aubergine - fiche nº16 ...
On appelle communément les fruits « amours en cage » et au Québec ‹ cerises de terre › ou ‹ coquerets ›.

Origine

Amérique centrale.

Habitat

Jardin (cultivée).

Type

Les physalis sont des plantes annuelles ou vivaces, parfois un peu ligneuses à la base. Il existe plusieurs variétés, dont les 6 principales sont :

  • « Physalis alkekengii ou alkekenge » : Variété la plus courante. Plante très décorative avec des fruits oranges comestibles.
  • « Physalis franchetii » appelé coqueret de Franchet : Plante provenant du Japon et qui est très proche de l'alkekenge. Elle est simplement plus grande.
  • « Physalis peruviana, Physalis edulis », dite < coqueret du Pérou > ou < groseille du Cap >. Contrairement à l'akekenge, la plante n'est pas décorative. La fleur est jaune avec des taches marron à rouge. Son fruit, comestible, est jaune au centre de la lanterne.
  • « Physalis pruinosa », appelée cerise de terre : ce physalis pousse au Canada. Les tiges buissonnantes atteignent 40 cm et s'étalent largement. D'un diamètre de 1 cm environ, les fruits tombent lorsqu'ils sont mûrs. Ils sont consommés que quelques semaines plus tard car ils peuvent avoir une certaine amertume au début. Saveur sucrée et acide.
  • « Physalis philadelphica ou Physalis ixocarpa », appelé tomatillo du Mexique : Il ressemble à une petite tomate verte recouverte d'un voile qui se déchire à maturité. Le fruit est collant et dégage une odeur de fromage.
  • « Physalis heterophylla », coqueret hétérophylle : Ce physalis pousse à l'état sauvage en Amérique du Nord. Les tiges sont recouvertes de poils longs, les fleurs en forme de clochettes sont jaunes et poussent à l'aisselle des feuilles. Le fruit est vert à jaunâtre à maturité.

Fleur

En Europe, l'été.
Les fleurs blanchâtres ou jaunes, et généralement solitaires, poussent dans les aisselles des feuilles.

Fructification

Le fruit est mûr en fin d'été.

Fruit

Physalis.
Le fruit, de la grosseur d’une bille, grossit à l'intérieur du calice en se teintant d'orange et de rouge.

Utilisations

Le physalis se mange d'abord cru : on ouvre les pétales pour trouver au centre le petit fruit rond et orangé.
Ce fruit est doux, très légèrement acide suivant sa maturité.
Son calice (ensemble des sépales) orangé, souvent devenu sec et parcheminé lorsque le physalis est commercialisé, le fait ressembler à une minuscule lanterne chinoise en papier.
Le fruit entier, avec son calice resté attaché, est utilisé en pâtisserie : le fruit orangé est alors enrobé de sucre cuit ou de fondant et utilisé comme décor d’entremets ou en mignardise.
Le physalis peut se préparer en confitures, en gelées, en tartes, en clafoutis, en mousse, en décor d'entremets.
Au Mexique, on prépare une sauce verte avec les physalis « tomatillo » cuits avec de l'oignon, de l'ail, des piments, de l'huile, du vinaigre et des herbes aromatiques.